Alimentation Cioks DC7 : puissante, petite et légère

La DC7 est la dernière née des alimentations du constructeur danois Cioks. Petite, légère tout en étant très puissante et modulable, serait-elle l’alimentation parfaite ? Choisir une alimentation n’est pas chose facile quand on voit …

alimentation pour pédales d'effet guitare Cioks DC7

La DC7 est la dernière née des alimentations du constructeur danois Cioks. Petite, légère tout en étant très puissante et modulable, serait-elle l’alimentation parfaite ?

Choisir une alimentation n’est pas chose facile quand on voit l’offre disponible sur le marché. J’avoue avoir beaucoup hésité avant d’acheter la Cioks DC7 pour remplacer ma Burkey Flatliner Pro. Pourquoi changer me direz-vous ? D’abord, la Flatliner était très imposante et lourde. Impossible à placer sous mon pedalboard, elle prenait donc beaucoup de place sur le dessus. Ensuite, bien qu’étant polyvalente, elle n’offrait pas de 18 V pour ma Diamond Vibrato (à moins de coupler deux 9 V donc perdre une sortie) et pas assez de puissance pour ma vieille Holy Grail (même en couplant deux sorties, impossible d’atteindre les 500 mA requis). Enfin, plusieurs de ses sorties ne me servaient pas (12 V ou AC). J’ai donc eu envie de changer pour un produit qui correspondrait mieux à mes besoins.

Mon ancienne alimentation, la Burkey Flatliner Pro, très complète mais aussi très imposante et lourde !

Mon choix s’est fait selon deux critères : ma configuration (nombre des pédales, voltage, installation sur ou sous le pedalboard, etc) et la qualité/conception de l’alimentation. Une chose impérative selon moi est de privilégier une alimentation qui offrent des sorties régulées et isolées électriquement. Cela permet d’obtenir la même séparation électrique que lorsque les pédales fonctionnent sur piles (mais sans les inconvénients que cela implique) pour ainsi éviter les bruits parasites.

Plusieurs fabricants proposent ce type de produit, les plus connues étant Voodoo Lab et Cioks, bien que les Zuma et Ojai de Strymon se soient imposées comme des références ces dernières années. Mais il faut reconnaître que Cioks a réussi à proposer une solution incroyablement compacte sans compromis sur la qualité ou la flexibilité.

Caractéristiques

7 sorties DC isolées et régulées électriquement
Choix du voltage pour chaque sorties : 9, 12, 15 ou 18 V
Respectivement 660, 500, 400 et 330 mA par sortie
Sortie USB de 5 V avec 1 A
Possibilité de connecter une extension compatible via la sortie 24 V
Compatible avec des tensions de 90 à 265 V
Dimensions : 160 x 88 x 25 mm
Poids : 500 g
Prix : 239 €

alimentation pour pédales d'effet guitare Cioks DC7

Petite et légère

La première chose qui frappe avec la Cioks DC7 c’est le fait qu’elle soit ultra compacte : 16 cm de long, 8,8 cm de large et seulement 2,5 cm d’épaisseur ! Ce gabarit lui permet d’être montée sous la plupart des pedalboards sans trop de difficultés. Pour les possesseurs de Pedaltrain de la série Classic, Metro, Novo ou Nano+, la marque propose un support de montage optionnel, le Cioks GRIP, qui permet de fixer l’alimentation sous votre pedalboard sans avoir à percer de trous. Ayant récemment acheter un Pedaltrain Classic 2, j’ai opté pour le GRIP. C’est très pratique et facile à monter mais 15€ pour ce type d’accessoire (qui pourrait être inclu dans l’achat de l’alimentation), ça pique un peu.

Sinon, la DC7 dispose de trois trous filetés M4 sur la partie inférieure du boîtier et deux autres sur le côté qui permettent plusieurs possibilités de montage personnalisés (à noter que ceux-ci s’alignent également avec les fixations des pedalboard de la marque Templeboard).
Son poids est aussi relativement faible avec seulement 500 g. Si je la compare à mon ancienne Flatliner Pro de 2 kg, c’est quatre fois moins lourd. Cela peut être un élément intéressant pour ceux qui déplacent régulièrement leur matériel (concerts, tournées) et qui souhaitent alléger leur configuration.

On peut se demander pourquoi la Cioks DC7 est si compacte et légère par rapport à d’autres modèles ? Simplement de par sa conception qui utilise une alimentation à découpage (switched-mode power supply) qui est nettement plus petite que les alimentations toroïdales que l’on trouve couramment. Si le sujet vous intéresse, je vous conseille cette article qui vous en dira plus.

alimentation pour pédales d'effet guitare Cioks DC7

Des câbles à gogo

La DC7 possède une prise secteur IEC intégrée, qui peut automatiquement s’adapter à n’importe quelle tension secteur comprise entre 90 V et 265 V AC, à 50 ou 60 Hz. On peut donc l’utiliser dans n’importe quel pays sans avoir recours à un convertisseur de tension. La prise secteur intégrée est pour moi plus pratique et solide qu’une alimentation déportée (comme sur la Palmer PWT 12 MK 2 ou la Voodoo Lab Pedal Power X4 par exemple). Autre bon point : le câble d’alimentation fourni est long avec ses 2 m, ce qui évitera à certains l’utilisation d’une rallonge.

Les prises d’alimentation pour les pédales sont de type RCA. Ça n’est pas le standard des alimentations qui utilisent généralement des fiches DC 5,5/2,1 mm. C’est une critique que l’on fait souvent à la marque, puisque si l’on veut des câbles supplémentaires il faudra acheter des… Cioks, qui sont bien sûr un peu plus chers que la moyenne. Mais le fabricant a tout même pensé à fournir pas moins de 12 câbles avec la DC7 :

  • 7 câbles standards (fiche DC 5,5/2,1 mm, centre négatif) ;
  • 1 câble rouge (fiche DC 5,5/2,1 mm, centre positif) pour alimenter les pédales Moog Moogerfooger, Radial Tonebone, certaines Diamond, Empress, Kingsley ;
  • 1 câble vert (fiche DC 5,5/2,5 mm centre positif) conçu pour les tensions de 18 V, 24 V ou 40 V et principalement utilisé pour alimenter les pédales Eventide, certaines Electro Harmonix, les Whammy 1er génération et plus largement toutes les pédales en AC ;
  • 1 câble avec une fiche mini-jack 3,5 mm à pointe positive, pour les DOD ou Electro Harmonix Vintage, Proco RAT, Klon Centaur ;
  • 1 câble “split” qui pourra alimenter deux pédales à partir d’une seule prise (2 fiches DC 5,5/2,1 mm, centre négatif) ;
  • 1 câble “3-way daisy chain” qui pourra alimenter trois pédales à partir d’une seule prise (3 fiches DC 5,5/2,1 mm, centre négatif).

Dernier point sur les câbles : ils me paraissent un peu cheap car très fin, surtout au niveau des fiches. Cela leur confère une très bonne flexibilité et facilite le montage sur un pedalboard mais il faudra voir s’ils tiennent dans le temps.

De la puissance plus qu’il n’en faut

La DC7 peut alimenter sept pédales de manière totalement isolée électriquement ou plus si on utilise les câbles split fournis (jusqu’à 9 pédales dans ce cas). Des interrupteurs DIP à deux switchs permettent de régler le voltage à 9, 12, 15 ou 18 V pour chaque sortie, avec respectivement un courant disponible par sortie de 660, 500, 400 et 330 mA. La puissance totale de sortie est de 48 W. En terme de polyvalence et de puissance on peut difficilement faire mieux même si on pourrait reprocher à Cioks d’avoir fait l’impasse sur une sortie AC. Mis à part ce détail, la DC7 semble pouvoir venir à bout de n’importe quelle pédale.

On dispose également d’une prise USB de 5 V pour charger ou alimenter les appareils mobiles et d’une prise auxiliaire de 24 V DC qui permet de connecter une extension Cioks 4 ou Cioks 8, ou même d’autres extensions qui fonctionnent en 24  V : on parle bien sûr du concurrent Strymon avec ses Ojai et Ojai R30. Si on sait déjà que l’on peut chaîner jusqu’à 6 Ojai à une Zuma (donc potentiellement à une DC7), je n’ai trouvé aucune information concernant le nombre de DC8 chainable. J’ai contacté Cioks à ce sujet mais je n’ai pour le moment pas eu de réponse de leur part.

Chaque sortie dispose de sa propre LED qui permet de voir que la sortie est bien active. La LED d’état global au centre du logo Cioks s’éteint si l’unité est surchargée, ce qui est très pratique pour voir en coup d’oeil si l’on est dans le rouge. Autre témoin lumineux qui peut s’avérer utile, il y a un compteur de puissance à trois LED indiquant une charge de 40, 70 ou 90 % de la charge maximale.

alimentation pour pédales d'effet guitare Cioks DC7

Pour conclure

Le Cioks DC7, malgré sa taille et son poids plume, est d’une solidité rassurante. D’ailleurs, si le fabricant offre une garantie de cinq ans sur ses produits, c’est qu’il est plutôt confiant. Elle est aussi ultra modulable car chacune de ses sorties offre quatre voltages différents. Après y avoir raccordé quelques pédales lors de mes tests, je peux affirmer qu’elle est extrêmement silencieuse, pas un buzz. Enfin la possibilité d’y ajouter une extension pour augmenter le nombre de sorties m’a clairement convaincu. C’est sûr, la qualité a un prix, mais c’est un investissement qui vaut le coup pour une configuration adaptable à beaucoup de situations et évolutive.

Points positifs :

Ultra compacte et légère
7 sorties isolées
Choix du voltage sur toutes les sorties
Conception excellente, aucun bruit parasite
Possibilités d’extension
Facile à installer sous un pedalboard

Points négatifs :

Pas de sortie AC
La qualité a un prix
Le kit de montage pour Pedaltrain un peu cher

Laisser un commentaire